!!!To do list???

Newsletter 24

Tbilissi

Jamais pareil

Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, j'ai l'impression que Confi TwoTwenty est parti pour être différent de Confi OneTwenty :
-Le 17 mars dernier, j’atterrissais à 6h du matin, de retour d'Inde les yeux remplis de lumières et couleurs / Aujourd'hui les feuilles tombent et je les ramasse à la pelle.

Inde


- Au printemps dernier, je jouais au ping-pong tous les jours et TOUS les jours j'ai perdu / En novembre, je cherche un jeu qui booste mon ego !
- Durant le confinement, j'ai passé, avec délice, beaucoup de temps en cuisine et j’ai aussi ouvert un nombre conséquent de bonnes bouteilles / Cet automne, au menu, c'est "... " avec un peu de chocolat quand même ! 
- À la place d'un week-end provençal, nous avions planté la tente au fond du jardin, 3 nuits quand même ! / Pour remplacer notre tour en vélo en Alsace de cette fin de semaine, je propose sacs de couchage dans le grenier.
En revanche, comme pendant Confi OneTwenty, je dessine, j'écris, je crée à ma manière, je plante, pour me sentir vivante, pour m'inscrire dans le présent. Je carbure à ce qui rend la vie plus belle, riche et significative, alors au top de ma To do list figure la recherche de ce que cela peut-être, jour après jour, sans pression ?
Et vous ?

Tbilissi

Cultiver sa créativité au quotidien

J’ai eu la très grande chance de passer une journée avec Bernard Werber, l'auteur des Fourmis. Dans le cadre d’une formation sur " Les enjeux stratégiques du développement durable", il animait un atelier créativité. C’était il y a 10 ans et je m'en souviens comme si c’était hier. Il avait partagé sa règle de vie : peu importait son humeur, son inspiration, la saison,… tous les jours à la même heure, assis à sa table de travail, il écrivait des pages et des pages ; pour faire ses courses, aller chercher son fils à l’école, il prenait chaque jour toujours un chemin différent.
Voici quelques petits dessins de cette dernière semaine : continuer, poursuivre...

Un vol moyen courrier

C’est fou comme certaines choses me semblent lointaines, pas vous ? Il en va de cette phrase dont je raffole : “Attachez votre ceinture, rangez vos sacs dans  …” ! Cette semaine, je vous propose de vous envoler vers un petit pays, à la limite de l’Europe et de l’Asie, la Géorgie. Je vous ouvre mon carnet de voyage.


Si je devais définir la Géorgie, telle que je l'ai vue et ressentie, en 5 points, ce serait :
1-Des paysages montagneux d’une beauté éblouissante avec le Grand Caucase majestueux et ses sommets enneigés début octobre : le mont Kazbegi qui culmine à 5047 m, et un peu plus à l’ouest le mont L'Elbrouz à 5642 m (mais lui est russe).
2-Des monastères émouvants, certains datant du 6 siècle, d'une sobriété saisissante à l’extérieur et d'une richesse à l'intérieur, avec une profusion de doré, d'icônes, de fresques et un nombre incalculable de bougies.


3-Une cuisine parfumée, délicieuse et … abondante, dont les fameux Khinkali, gros raviolis ; pour la qualité de leur vin, chut, je suis moins convaincue !


4-Des contrastes énormes entre la pauvreté des villages et la modernité et le clinquant de villes comme Batumi ou Tbilissi.


5-La route militaire du Grand Caucase, reliant l’Europe à l’Asie, est une voie de passage ancestrale, construite par les russes au XIXème lors de l’annexion de  la Géorgie. En l'empruntant, j'ai donc "longé" l'Abkhazie, avec la sensation étrange d'être en prise directe avec la géopolitique de cette zone.
Un petit livre, tout petit explique bien un des enjeux de la région "L’or noir des steppes", par celui qui a tellement arpenté le Caucase, Sylvain Tesson.


Le meilleur pour vous

Que vais-je vous souhaiter ? Pas simple … alors disons d’ouvrir grand les yeux et de capter le beau rayon de soleil qui est en train de briller (J’ai regardé la météo des Yvelines, ça devrait le faire, pour le reste de la France, Canada et les Etats-Unis, je croise les doigts  ) ! À jeudi prochain, Virginie L
Si cette Lettre vous plaît, n’hésitez pas à la partager, uniquement à vos amis préférés !